Être différent… ce grand tabou de la société

15822981_10208054616339243_5197885606682719861_n

Aujourd’hui, j’ai eu l’envie d’écrire un billet bien personnel, loin de mes sujets habituels (scolarisation en famille, vegan, minimalisme…).

En ce 25 Janvier, journée où le géant des télécom Canadien Bell amasse de l’argent (Journée Bell Cause pour la Cause) pour la cause de la santé mentale (comme chaque année), j’ai eu envie de briser le tabou à mon tour, parce qu’être différent, c’est parfois difficile, c’est un combat de tous les jours, mais nous n’avons pas moins une merveilleuse existence.

15825843_1839449776344406_3043868898122517306_n

Être différent mentalement est encore un tabou dans la société. Contrairement à des différences physiques (un bras de moins, être non voyant, être en fauteuil roulant etc), ça ne se voit pas, c’est invisible aux yeux des autres. Dans la tête et le corps de celui qui le vit, c’est une toute autre histoire, c’est bien intense et parfois bien trop à notre goût.

Jamais je n’utiliserais le terme de ”maladie”, parce qu’à mes yeux, ce ne l’est pas. La nature fait tous les êtres différents, certains d’entre eux le sont simplement plus. Je n’ai jamais eu de préjugés face aux gens différent, l’étant moi-même, plusieurs membres de ma famille et ayant visité bon nombre de fois mon père à son travail à l’hopital psychiatrique. Nous sommes des gens comme tous les autres, nous fonctionnons différement et notre réalité est différente, mais somme toute, nous sommes tous des humains, qui ont des joies, des peines, des bons et des mauvais jours.

15823295_10208051417979286_721025867023067518_n

kat-selwyn-layton-end-the-stigma-13 kat-selwyn-layton-end-the-stigma-14

c2jkdaquqaii35s

À 21 ans, il y a donc presque 10 ans, je suis entrée en institut psychiatrique. Sans aucune honte, j’en parle librement. Après avoir essayer à maintes reprises de mettre fin à ma vie, il vint un jour où ce fut trop… vraiment trop. Sur mon corps, sous mes nombreux tatouages, je peux encore voir des traces du passé.

À l’époque je me rappelle avoir été tellement frustrée, d’avoir eu envie de tout briser. Ce fut les pires jours de ma vie. Être dans une toute petite chambre, sans fenêtre, seule.. seule avec mes pensées. Quelques jours plus tard le dur diagnostique tombait, celui de TPL, soit Trouble de Personnalité Limite. Dans le bureau du psychiatre, à ce moment précis, j’ai pu mettre des mots sur mes émotions, sur comment dans ma tête c’était un réel tourbillon infernal.

Pour certains, ce serait une honte, un échec, mais pour moi, je ne le vois pas ainsi. Ce fut en fait extrèmement libérateur. Je savais maintenant qui j’étais vraiment. Je savais que ca ne serait pas une partie de plaisir, mais au moins, j’en savais plus.

TPL en résumé:

(tiré du site de l’institut Douglas, là où ma vie a changer il y a 9 ans)

” Le trouble de la personnalité limite (TPL) est une maladie mentale caractérisée par une instabilité émotionnelle. Les individus aux prises avec ce trouble ont du mal à maîtriser leurs impulsions et à maintenir des relations interpersonnelles.
Les personnes souffrant du TPL ont des problèmes d’image de soi et d’identité, pouvant aussi manifester une attitude du type « tout ou rien ». Ce trouble se caractérise communément par des comportements autodestructeurs. De plus, le TPL est souvent associé à d’autres affections psychiatriques, tels que les troubles de l’alimentation, anxieux, ou dépressifs, le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) résiduel ainsi qu’à l’adoption de comportements à risque. ”

En sortant de l’hopital, je devais prendre de la médication (recommandation du psychiatre). Quelle horreur! Peu de temps après, le flacon était aux ordures. J’hallucinais, je vivais dans un  monde psychédélique et ma vie était un enfer. J’ai décidé que moi et moi seule allait gérer la personne que je suis.

Au fil du temps et bien avant ce jour précis dans ma vie, j’eu à vivre avec une très mauvaise estime de moi, un très grand nombre de périodes de troubles alimentaires (je me rappelle une époque où je m’alimentais si peu en plus de tellement faire d’exercice que j’étais bien mince, mais combien malheureuse. Je me regardais dans le mirroir et me trouvait horrible), l’anxiété à toujours fait parti de ma vie, des crises de panique, de l’insomnie, beaucoup de comportements auto destructeurs, de mauvaises relations, des relations que je quittais sans aucune raison, l’impossibilité d’attachement émotionnel dans une relation et beaucoup de colère interne. J’étais une vraie bombe, c’était noir ou blanc, jamais gris.

J’ai perdu des gens importants à mes yeux par ma faute, simplement parce qui je suis. Je les ai volontairement retirés de ma vie et j’ai parfois causé à des coeurs bien du mal. J’étais tellement instable, je vivais le moment présent.

J’ai vécu la solitude, la tristesse, encore plus d’anxiété.. je me levais le matin, j’enfilais un sourire comme on enfile un pantalon et j’allais travailler. Quand je rentrais dans mon studio, où j’habitais seule, je me retrouvais, en toute honneteté avec moi, sans masque, je me retrouvais en tête à tête avec mes démons. J’ai repenser souvent à ne plus vouloir faire parti de ce monde, mais un jour bien précis, tout a changé…

Un jour début Juillet 2010, je suis entrée d’urgence à l’hopital. Je me vidais de mon sang et les docteurs imaginaient le plus grave. Quand un docteur est entré dans la pièce avec une machine pour faire des echographies abdominales, il croyait à la tumeur utérine, à l’écran, il en voyait une, ce n’était pas très clair, j’ai donc du le lendemain retourner en radiologie pour une vrai échographie abdominale. Ce jour la, ma vie n’a plus jamais été la même. J’ai vu ce que jamais je n’aurais penser voir… un petit coeur battre.

Il y avait au fond de moi, un petit être qui m’avait choisi pour être sa maman, qui avait battu tous les pourcentages très minimes de tomber enceinte (m’ayant fait dire que j’étais stérile quelques années auparavent), qui croyait en moi. Il était vraiment là.

Ce petit être ne le savait pas, mais il venait de sauver ma vie.

217199_10150218055982323_2335679_n

C’est en Février 2011, que ma magnifique grande fille est née, après tous ses mois à l’attendre, à l’aimer sans bon sens. Ce jour là mon coeur s’est rempli d’un amour impossible à décrire et encore à ce jour, il est là.

Devenir une maman a sauver ma vie. 

Sont venus par la suite s’ajouter un frère et une soeur à ma grande D.

Ma vie n’est pas devenue simple pour autant, bien qu’ayant trouvé l’ultime raison de rester accrochée à la vie, je vis tous les jours avec le même cerveau, ce dernier qui contrôle tout, qui est à la base de mes actions, de mes paroles et de mes pensées. Parfois, c’est extrèmement difficile, je dois alors me recontrer sur mes enfants pour me rappeller comment la vie est belle. C’est et sera un éternel combat. Parfois je suis extrémiste et impulsive dans mes pensées. Parfois je suis trop émotive, je pleure, je fais des crises d’anxiété, je broie du noir, j’ai encore à vivre un combat constant contre les troubles alimentaires, contre les mauvaises pensées, mais j’essais fort d’être le maître de ma vie tout simplement parce que je veux être la meilleure maman possible pour mes enfants.

La meilleure façon de décrire comment je me sens dans ma tête serait de dire qu’il y a quelqu’un d’autre qui vit dans mon corps. Il y a des jours où je me trouve laide, grosse, inutile, mais je dois mettre mon pied a terre et chasser cette autre moi de ma tête pour retrouver la paix. C’est de la douleur que moi seule est au courant. Parce qu’on le sait bien.. derrière un sourire peut se cacher de la tristesse.

Mais quand je regarde dans les yeux de mes enfants, le soleil revient.

Maintenant bien épaulée par un mari qui m’aime comme je suis, qui me comprends et qui est la pour me faire rire quand je suis triste. Parfois je lui en fais vivre de toutes les couleurs, mais cette année, ce sera notre 7ème anniversaire et nous sommes toujours ensemble, avec aucune intention de se laisser. Nous nous aimons dans nos bons et moins bons jours.

12931014_10207306116625878_3562121747647440024_n

11224354_10154804804622323_365651249885048437_o

14495435_10154736170312323_5630167244976952732_n-1

Ma famille est ce qui me rend le plus heureuse au monde, ce qui me rappelle combien nous sommes chanceux d’être en vie. Ils me font oublier tout ce qui est difficile, ils sont ma raison de me battre.

Mes enfants sont eux aussi différents, mais pas moins merveilleux que tous les autres enfants sur Terre.L’autisme, le déficit d’attention, l’hyperactivité, l’anxiété, l’hyper et l’hupo sensibilité, le trouble de modulation sensorielle etc font parti de notre quotidien. Ils ont eux aussi leurs combats, mais ils peuvent être surs d’une chose, je serais toujours ;a leurs côtés pour les aimer comme ils sont. Jamais je ne laisserais quiconque leur dire qu’ils ne valent moins qu’un autre. Je veux qu’ils gardent la tête haute et qu’ils s’acceptent, qu’ils s’épanouissent et ce même si ils sont différents.

noemie-pannetier-310x165

Il faut cesser de vivre dans le silence, il faut que la société cesse de voir les différences mentales comme des maladies, que les gens cessent d’avoir de fausses conceptions et cesser d’entretenir de vieux stéréotypes et clichés.

Il faut en parler ouvertement toute l’année, cesser d’avoir peur du jugement. Si des gens jugent, ce sont eux les pire dans tout cela, ils perdent la chance de connaitre une personne magnifique tout simplement parce qu’elle n’est pas comme eux. Soyons fiers de qui nous sommes peut importe nos différences. Tous les humains sont différents et ils sont tous magnifique à leurs façons.

Soyez plus présents pour les gens autour de vous, soyez à l’écoute car qui sait, peut être que derrière leur sourire se cache bien de la tristesse. Ouvrez votre coeur aux autres et rappellez vous d’une chose…

Nous sommes tous UNIQUES.

cw-hqt-w8aa158e

*

À bientôt!

*

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s