Lune d’érable

DSCN4436 copy.jpg

Lune d’érable

Connie Brummel Crook /  Scott Cameron

Traduction : Marie-Andrée Clermont

Éditions Scholastic

ISBN : 9780439985970

*

En plein au coeur du temps des sucres, je mis la main sur ce magnifique livre pour enfant l’autre jour à la librairie. J’aime les légendes amérindiennes et je trouvais celle-ci très à propos avec le mois de l’année dans lequel nous sommes, surtout au Québec, royaume du sirop d’érable.

DSCN4437

Ce livre se base sur les légendes amérindiennes qui traitent de la découverte du sirop d’érable. L’auteure, à la fin du livre à la dernière page, où se trouve également d’autre renseignements tels que les légendes, la méthode pour le sirop et la création d’appareils automatisés dans les années 40, explique avoir repris le personnage de la femme et de l’écureuil qui sont présents dans les autres légendes et d’avoir écris son histoire en lien avec cela.

Qu’en est-il des légendes sur la découverte du sirop d’érable?

Une légende raconte qu’un amérindien au pied d’un arbre observa un petit écureuil mordre une branche et y boire. Il se questionnait sur le pourquoi, après tout, il y avait un cours d’eau tout près. Il immita l’écureuil en coupant l’arbre avec un couteau et quelle fut sa surprise de découvrir un liquide doux et sucré.

D’ailleurs, le naturaliste québécois, Frère Marie-Victorin affirma que la découverte du sirop d’érable venait bel et bien d’un écureuil roux.

Selon la légende iroquoise,

Un matin froid, un chef iroquois sorti chasser. Il retira son Tomahaw qu’il avait planté dans un érable la veille. L’arbre avait une profonde entaille, mais il n’y porta aucune attention. Au pied de l’arbre, se trouvait un récipient en écorce. Peu à peu la sève, qui semblait être de l’eau coulait dans le récipient. Le lendemain, l’épouse du chef trouva le récipient ”d’eau” et s’en servit pour cuisiner un ragoût. Le soir, le chef pris une bouchée et fut surpris du goût sucré, son épouse également. Ils venaient de découvrir le sirop d’érable.
.

Selon la légende micmac ,

Au début du printemps, une vieille dame alla ramasser de la sève des érables. Comme ils aimaient mieux le goût une fois chaude, elle versa la sève dans un grand pot au dessus du feu. Fatiguée, elle s’endormi, en se réveillant, plusieurs heures avaient passées. Dans le pot, elle retrouva non pas de la sève, mais un épais liquide doré et sucré. Elle venait de découvrir le sirop d’érable.

Selon la légende algonquine ,

Un chef algonquin retira son tomahawk de l’érable dans lequel il l’avait laissé la veille.
La sève se mit  instantanément à couler. Sa femme, à ses côté y gouta. Comme c’était délicieux, elle remplaca l’eau par ce liquide sucré pour cuire la viande. Tous furent surpris du goût délicieux. Le chef appela donc le liquide qui avait servi à cuire la viande
«Sinzibuckwud», mot algonquin qui veut dire «Tiré des Arbres». Ils venaient de découvrir le sirop d’érable.

Dans ”Lune d’érable”, c’est l’histoire d’un jeune garçon de la nation des Mississaugas, qui contrairement aux jeunes de son âge, ne pouvait courrir, ni chasser, il avait un handicap à la jambe qui l’empêchait. Cet hiver là, l’hiver fut plus féroce que jamais. Il y avait tellement de neige, les chasseurs n’arrivaient plus à nourrir les gens, les pêcheurs n’arrivait plus à pêcher à cause de la glace et de la neige, bientôt les réserves se mirent à manquer. Les gens avaient faim et l’hiver tardait à finir.Un jour, les hommes partirent chasser avec l’espoir de trouver quelque chose, le jeune homme les suivi en cachette. C’est alors qu’il observa un petit écureuil boire à même l’érable. Surpris, il entailla l’arbre avec sa hache et laissa le liquide s’écouler dans un panier. Il retourna au village avec ce liquide sucré. Il le montra à sa mère, mais ne le croyant pas, elle se servi du liquide pour cuire de la viande. Les anciens ayant gouté au repas, voulurent savoir où le jeune homme avait trouver cette eau sucrée. Ils partirent avec lui dans les bois. L’arbre ne coulant plus, ils voulurent rebrousser chemin, mais ils attendirent avec le gaçon qui leur jura que c’était bien vrai. Ils entaillèrent un nouvel arbre et le liquide se mit à couler. Un ancien y gouta et reconnu l’eau sucrée. Grâce à cette découverte, il réussi à sauver son peuple de la famine. Les dieux avaient exhausser leurs prières.

Le livre est superbe, la légende est douce, les illustrations vivantes. De plus, il est toujours agréable pour les enfants d’entendre/lire une légende sur la découverte d’un aliment qu’ils adorent.

*

Voici quelques exemples d’illustrations du livre. Elles sont tout simplement magnifiques! Ce sont des tableaux, mais dans un livre. On peux presque ressentir la chaleur, les détails des visages, les ombres, les émotions… les images parlent sans avoir besoin de lire le texte.

a2 copy

a1 copy

*

À bientôt!

3 thoughts on “Lune d’érable

  1. Pingback: Pâques au Biophare | secondeviedefamille

  2. Pingback: Journée nationale des autochtones – LilyAcademix

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s