Comme des invitées de marque

DSCN6696 copy.jpg

Comme des invitées de marque

Léandre Bergeron

Éditions Trois-Pistoles

ISBN : 9782895830139

*

Étant une famille ayant choisi de vivre différement et d’opter pour les apprentissages libres en famille (unschooling) (vous pouvez lire un ancien article à ce sujet, soit ”Libres, d’apprendre” ) ce livre m’attirait beaucoup et était sur ma liste de lecture depuis un moment.

Ce livre est en fait un témoignage bien personnel et des parcelles de la vie de l’auteur (Léandre Bergeron) et de sa famille. Léandre Bergeron est un ancien enseignant qui à tout quitté afin de vivre sur une terre en Abitibi (Québec) avec son épouse et ses trois filles. Au fil des pages, il ouvre son coeur sur ses choix qui pour la majorité de la société sont des choix marginaux. Ce récit de type journal intime raconte en douceur et en toute honneteté la beauté de la vie, le choix de scolariser soi-même ses enfants, son type de parentalité et surtout de son amour et sa fierté à l’égard de ses 3 filles. Il explique à de nombreuses reprises sa vision en ce qui concerne ”l’éducation” des enfants ainsi que l’importance de la relation entre les parents et les enfants.

J’ai lu le livre d’un trait. Bien que pour certaines personnes, certains passages ou opinions peuvent choquer ou aller en conflit de valeurs, il faut se rappeler que ce livre est une tranche de vie. Il peut parraître extrémiste sur certains points, mais à chacun sa vision de la vie.

Sa façon de voir la vie, de la parentalité et des apprentissages me rejoint beaucoup. Tout comme lui, mes enfants sont à mes yeux des êtres uniques qui ont le droit d’être libres, libres de s’épanouir et d’être qui ils ont envie d’être. Je ne suis pas la pour être derrière eux à leur dicter leurs moindres gestes, mais plutôt comme un guide qui marche côte à côte, comme un ami sur qui on peux toujours compter. J’espère de tout mon coeur que ma belle relation avec mes enfants sera toujours la même quand il seront plus grands.

Je partage avec vous quelques passages qui réflètent bien l’essence de son témoignage :

 

Parentalité :

” […] si les parents savaient répondre aux besoins de l’enfant, jamais il ne deviendrait une corvée, mais bien plutôt une source de joie quotidienne inépuisable.”

” J’ai remarqué qu’on n’a aucune besoin d’enseigner la politesse aux enfants si on est poli avec eux. Si on les respecte, ils nous respectent naturellement et la politesse, la vraie, c’est essentiellement le respect de l’autre qui s’apprend par symbiose. ”

” Jamais je n’ai exigé que mes filles exécutent quelques corvée que ce soit, comme faire la vaisselle, rentrer du bois ou mettre de l’ordre dans leurs chambres. J’ai toujours été convaincu qu’un individu qui fait un travail quelconque par obligation, par ”devoir” pour ”apprendre à faire sa part”, pour toute autre raison que le plaisir de le faire, est comme un forçat qui casse des pierres en pensant bien sûr aux crânes de ses gardiens. Un enfant qui doit faire une tâche pour ”apprendre à travailler”, n’apprend rien de plus que l’obéissance et l’obéissance c’est la déconcertation, l’aliénation. ”

” Liberez l’enfant de toute obligation et voyez comme il s’épanouit comme une fleur au soleil. ” 

”Savoir donner son attention au besoin immédiat de l’enfant. Ne pas balayer sous le tapis ce qui pour lui est primordial au nom d’une nécessité supérieure. ”

” Le temps passé à éteindre le petit, à le regarder agir dans les jeux, à jouer avec lui, établit un lien de sécurité, de confiance et de respect qui est la base même de son développement…”

 

Éducation/apprentissages : 

” Pourquoi faire du plaisir d’apprendre une torture en l’imposant prématurément? Pourquoi faire du forcing? Ridicule tout ça. Quel besoin mes filles avaient-elles de lire à sept, huit ou dix ans? Aucun. Quel besoin avaient-elles de compter, additionner, soustraire? Aucun. Jusqu’à ce que dans leurs jeux à elles, elles sentent un manque et cherchent à le combler. ”

”Retrouver le droit à son temps. Faire ce qu’on veut au lieu de faire ce que l’on doit faire. Retrouver son élan premier, son goût premier de vivre recouvert trop souvent de toutes les ordures de l’école, les devoirs, les conformismes, les codes de bonne conduite, les notes, les points de démérite…”

” L’école imprègne tous les cerveaux dits civilisés comme jadis l’Église pénétrait les moindres recoins de l’âme des catholiques. Hors de l’Église, point de salut. Aujourd’hui, hors de l’école, point de salut.”

” Comment est-ce qu’on en est venu à accepter de livrer nos enfants à des étrangers aux compétences douteuses pendant les meilleures heures de la journée?”

” Toute concentration d’un groupe d’âge a quelquechose de malsain et d’aberant puisque chaque individu y perd un peu beaucoup de son humanité … ”

” Si l’enfant pour être certain que vous allez toujours lui pardonner pour ce qu’il brise, renverse ou oublie, s’il apprend à partager parce que vous partagez avec lui, s’il n’a pas besoin de hurler pour attirer votre attention, il fera un meilleur apprentissage que d’être forcé à apprendre à distinguer entre l’octogone et l’hexagone, entre le lilas et le fushia….”

Je suggère fortement ce livre à tous, que ce soit ceux qui vivent déjà dans une optique de parentalité bienveillante / apprentissages libres ou pour ceux qui voient la vie autrement, je crois que la lecture de ce livre peut faire un bien immense à tous.

Ce livre à été pour moicomme une grosse doudou bien chaude sur mon coeur de maman. Je suis fière de mes choix de vie et de mes valeurs. Soyez-le vous aussi, et ce même si ce sont pas les mêmes que pour le voisin. Soyez tout simplement heureux.

*

À bientôt!

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s