Maroc 2019 – Marrakech

Direction MARRAKECH!

Salaam Alaykum!

(Que la paix soit sur vous!, une saluation très courante dans la langue arabe)

Pour nous rendre au Maroc, nous avons pris un vol de Barcelone en Espagne avec Ryanair. Le prix pour 5 personnes était ridiculement bas , soit un total de 185$ CAD et le trajet (2 heures) était vraiment plus rapide qu’en voiture + bateau (par le détroit de Gibraltar), d’autant plus que le Nord n’était pas sur notre itinéraire (mais le prochain oui!). Par respect pour les habitants de ce pays musulman, nous avions des tenues vestimentaires très conservatrices, les enfants y compris. Je m’habille déjà modestement à la maison, mais là j’ai pris la peine de porter en tout temps des manches longues, sans encolure ainsi qu’un grand foulard au cou afin de cacher mes tatouages dans le cou et de m’en servir pour me couvrir les cheveux en cas de besoin. J’ai un grand respect pour les autres et leurs cultures alors ce n’était que logique de suivre leurs coutumes. Nous sommes arrivés dans le plus que magnifique Aéroport Marocain de Marrakech Menara tôt en matinée. Les douanes au Maroc sont une chose sérieuse, pas que ce ne l’est pas ailleurs, loin de là, mais c’est encore plus sérieux là-bas. Ceci dit, le dernier douanier à tout de même saluer les enfants en souriant. Nous avions un chauffeur qui nous attendait pour le trajet jusqu’au riad que nous avions loué. Avant de partir, nous avons acheté une carte SIM pour le cellulaire de papa afin de pouvoir accédé facilement à internet lors de nos déplacements (question de pouvoir regarder des cartes et autres informations pratiques). Je vous conseille vraiment de faire la même chose! Pour environ 5$ CAD nous avions suffisamment de données internet pour tout notre séjour en sol marocain. Un autre détail, au Maroc les deux langues principales sont l’arabe et le français, alors bien que nous avons croisés de nombreuses personnes ne parlant que l’arabe, la majorité parlait également le français (comme en France).

À l’instant où nous sommes sortis de l’aéroport, le gigantesque choc culturel est arrivé! À quelques mètres de ce majestueux aéroport se trouve un bidonville où les gens vivent dans des conditions très basiques. Une fois arrivé devant l’ouverture dans un grand mur qui donnait sur un curieux labyrinthe de toutes petites rues, l’hôte du riad nous attendait avec un énorme sourire. Nous avons été choyés de l’avoir puisqu’il nous a permis de visiter des choses que sans lui nous n’aurions peut-être pas vues, sans parler du fait que cet homme du nom d’Aziz avait un coeur immense et un grand amour pour les enfants (en plus étant le père d’enfants de l’âge des nôtres). Les enfants l’ont tout de suite aimé! À moitié Berbère, à moitié Saharien, il nous a beaucoup appris sur sa culture, avec des yeux brillants de fierté. Il nous a accueillis avec le traditionnel thé à la menthe (et des explications sur comment bien le faire) et des noix, le tout dans le charmant salon du très traditionnel riad. Ce jour-là, il nous a proposé de partir en excursion, et c’est exactement ce que nous avons fait, en compagnie du chauffeur (le même que l’aéroport, c’est son ami) et d’Aziz.

 

m10

m12

m11

m8

En voiture, nous nous sommes rendus au pied de l’Atlas, ce gigantesque massif montagneux du nord de l’Afrique. Nous avons débuté avec une longue promenade d’un peu plus d’une heure à dos de dromadaire. Les enfants étaient fous de joie! Ils ont été grandement surpris de la technique que le dromadaire emploie afin de se relever et la façon dont il marche. Ils ont vite appris qu’il faut se tenir correctement et être attentif pour ne pas tomber en bas. Nous avons bien ris du dromadaire de papa qui s’arrêtait constamment pour manger un peu partout. À notre retour de la promenade, nous avons été accueillis une fois de plus avec du thé. Nous avons ensuite repris la route pour entrer un peu plus sur la grande route qui traverse l’Atlas.

 

m5

m7

m6

Nous nous sommes arrêté pour manger en plein coeur d’un village Berbère. Le restaurant où nous avons mangé était vraiment unique et coloré!! Les tables étaient dehors, à quelques centimètres de la rivière. Quel bonheur de manger en plein air, le vent frais des montagnes venant nous caresser le visage. Nous avons eu la chance de manger des plats/tagines traditionnels Berbères et tout était plus que délicieux.

 

m9

m4

Notre dernier arrêt fut dans une coopérative de femmes Berbères. Elles ont montré aux enfants les étapes de transformation de l’argan et les ont fait participer, Elles ont également fait des chants traditionnels et ça c’était quelque chose! C’était de toute beauté. Nous avons également goûté et essayé les différents produits de l’argan.

Tout au long de cette excursion, la vue que nous avions était toujours magnifique. La nature, les petits commerces d’artisans à flanc de montagne, la rivière qui coule du sommet enneigé, même les femmes qui faisaient la lessive dans la rivière étaient souriantes et rayonnantes. Cette journée entière nous a couté 1700 Dirhams Marocains (225$ CAD) pour 5 personnes. Dans ce calcul, il y a le repas dans le restaurant (qui était le plus cher de tout notre séjour au Maroc), nos achats alimentaires à la coopérative, le chauffeur (il nous a tout de même reconduit sur quelques centaines de km et ce toute la journée) ainsi qu’une somme que nous avons offerte à notre hôte Aziz pour sa compagnie et toutes les informations au courant de la journée.

Ce soir-là, nous sommes partis à pied dans le labyrinthe couleur doré que sont les rues du vieux Marrakech (puisque nous logions dans un quartier traditionnel et non un quartier moderne, heureusement!). Non seulement les rues sont très minces, les grands commerces inexistants laissant ainsi toute la place à tous les petits commerçants, dans les rues, nous avons croisé à tout instant des charrettes de bois tirées par des ânes, des coqs, des chiens, des hommes promenant des moutons ou des chèvres.. bref c’était assez dépaysant, mais drôlement agréable. Dans les rues, il y a très peu de voitures, mais un nombre infini de moto et de scooters. L’air n’est pas pur et frais comme en montagne, bien au contraire. Nous avons acheté des aliments pour cuisiner le lendemain matin. J’étais plus qu’heureuse de ne voir pratiquement aucun aliment transformé, mais plutôt des produits frais et sains.

 

m2

m3

m1

m20

Le lendemain matin, au son de l’appel à la prière venant de la mosquée (qui était à quelques pas du riad), nous nous sommes levés tôt afin de profiter pleinement de la journée. Le son des coqs et des oiseaux est également venus nous réveiller puisque le riad n’avait pas de toit en tant de tel, simplement une toile pour éviter la pluie (c’est commun, même dans un très grand et magnifique riad). Les oiseaux entraient même dans la maison, pour le plus grand plaisir des enfants. Ce matin-là, papa est parti en compagnie d’Aziz sur sa moto afin d’aller chercher de l’argent à la banque. Je me dois de préciser qu’au Maroc, l’argent comptant (en dirhams Marocains) est pratiquement l’unique moyen de paiement. Très peu d’endroits, même dans de grandes villes permettent le payment par cartes bancaires. Il y en a, mais vous éviterez de mauvaises surprises en trainant avec vous votre argent en dirhams. De plus, cette devise n’est obtenable qu’au Maroc. Revenons à la moto, cette mésaventure, papa n’est pas près de l’oublier! Sur une moto roulant à toute allure, se faufilant ici et là entre les voitures et les autres motos, en évitant des passants et en effleurant des camions, il est revenue avec l’envie de ne plus jamais retourner sur une moto, haha!

À la marche, nous avons exploré notre grand quartier et nous sommes rendus à la Place Jamaa El Fna, qui est situé dans la médina (notre riad était à quelques minutes de marche de là). Cette place est un grand regroupement de petits commerçants, un marché public en d’autres mots. Nous avons fait le tour des différents marchands, parfois dehors, parfois à l’intérieur. Dans l’abondance de délicieux produits frais, nous avons acheté le nécessaire pour nos repas. Nous avons également pris le temps de parler épices et thé plus en profondeur avec un commerçant. Il nous a fait goûter plusieurs choses, parfois très étonnantes. Nous sommes repartis avec un sac de Ras El Hanout, ce délicieux mélange marocain d’épices. Chez un autre commerçant, un charmant jeune homme nous a longuement parler à mon mari et moi. Nous avons même bu le thé avec lui. J’eus même droit, gratuitement à un soin du visage traditionnel. Nous avons même pu admirer de l’art traditionnel. Nous sommes rentrés pour nous cuisiner un délicieux couscous.

Les couleurs, les odeurs, les saveurs, mais aussi les sourires, les discussions, les différences entre les pratiques Marocaines et Canadiennes, les rires, le son des oiseaux, le bruit de tous ces humains grouillant à droite et à gauche. Marrakech est une ville toujours en mouvement qui mérite de s’y arrêter.

 

m15

m13

m14

m16

Les chats sont très présents dans le grand quartier de la médina. C’est par dizaines que nous en avons vu et ce partout! Comme pour nos autres voyages, mon meilleur allié est mon porte-bambin ergonomique LennyLamb que j’utilise depuis des années. Ma plus jeune étant très petite et très légère et ce malgré ses 4 ans, adore se faire porter et pour être honnête, c’est drôlement pratique de l’avoir au dos et non dans une poussette, autant dans les aéroports que dans les rues étroites et achalandées de Marrakech. En fait, même dans notre vie quotidienne je la porte encore.

Nous sommes ressortis pour découvrir le quartier juif et ses rues étroites. À un moment donné je regarde au ciel et j’aperçois un très gros nid. Je ne m’y attarde pas plus. Tout au long de la marche nous en croisons encore plus. Me demandant à qui ils appartiennent, nous nous arrêtons et réalisons que ce sont des nids de cigognes!!! Quel oiseau gigantesque et magnifique.

 

m18

m17

m19

Le riad que nous avions loué pour 2 jours était gigantesque et sur 4 étages, soit une étage pour salon, cuisine, salle de bain, piscine, un étage pour des chambres, un autre étage pour une chambre et une première terrasse et un dernier étage pour une terrasse sous le soleil avec vue sur Marrakech et la mosquée que nous entendions de nombreuses fois par jour. Nous n’aimons pas les hôtels en voyage, nous préférons louer des maisons et réellement vivre comme les gens locaux. Ai-je besoin de vous dire que sous l’ardent soleil du Maroc, la lessive fut sèche rapidement! La terrasse au toit était un endroit relaxant pour prendre le thé et se reposer en regardant le coucher de soleil.

Les deux jours passés à Marrakech (et en montagne) ont passé si vite! Les enfants étaient si tristes de devoir dire aurevoir au gentil Aziz. Nous étions tout de même excités de poursuivre notre aventure dans une autre ville. Marrakech est la ville unique où la modernité côtoie le conservatisme et les pratiques ancestrales. Les gens sont chaleureux et nous avons pu plonger à cent mille à l’heure dans la culture marocaine. Parfois quand je me couche le soir, je trouve ma maison vraiment silencieuse par rapport à l’activité nocture de Marrakech.

 

À bientôt pour la suite de nos aventures familiales en Espagne et au Maroc. Le prochain chapitre sera Essaouira (Maroc).

 

One thought on “Maroc 2019 – Marrakech

  1. Pingback: Notre voyage familial au Maroc, la rétrospective |

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s