Arrêtez de comparer, choisissez le bonheur

 

La comparaison vous dérobe de la joie

-Theodore Roosevelt

 

Toi, la mère qui a scolarise tes enfants…

Te retrouves-tu parfois, souvent ou encore constamment en train de comparer ta vie, tes choix et ton rôle de mère avec les autres mères?

Ton coeur et tes pensées se remplissent-ils de tristesse, de sentiment d’impuissance, de doute et de remise en question lorsque tu te compares avec d’autres mères?

Sache que tu n’es pas seule.

La comparaison, peu importe le sujet (scolarisation, type de parentalité, alimentation, choix de vie, valeurs, etc.) est un problème que tellement de mères vivent. Depuis la venue des réseaux sociaux et de la grande place qu’ils prennent dans la vie des mères, cette problématique de comparaison prend de l’ampleur plus que jamais. Il est maintenant si simple et rapide d’avoir accès aux vies des autres, ou du moins… ce que l’on croit être le portrait de leur vie.

Cela s’applique également à l’instruction en famille. Des tables de travail parfaites, une organisation en béton, des sorties spectaculaires, des enfants toujours heureux, des maisons dignes de magazines de décoration, des mères souriantes, des méthodes éducatives suivies à la lettre, matériel pédagogique parfait, des enfants tous surdoués, des résultats scolaires hors de ce monde, une ambiance familiale toujours impeccable… Trop de gens filtrent leur vie ou encore fabriquent une vie de perfection. C’est malheureux de constater toute cette malhonnêteté qui coince tant de mères dans le cercle vicieux de la comparaison. À voir toute cette perfection, une grande majorité des mères, se retrouveront un jour ou l’autre, certaines plus que d’autres, à se comparer avec ce qu’elles croient être la vérité, quant au fond elles se comparent avec un monde inventé de toutes pièces ou un enjolivement de la vérité. En dehors de cette mascarade, il y a aussi les familles normales qui peuvent alimenter notre mauvaise habitude de comparaison.

En toute honnêteté, je te le dis, j’ai été moi aussi coincée dans les griffes de la comparaison à plusieurs reprises depuis le début de notre grande aventure qu’est l’instruction en famille. J’ai passé par la grande gamme d’émotions, que ce soit le sentiment d’échec, la tristesse, la remise en question, le doute, la culpabilité et même de ne pas me sentir à la hauteur face aux autres. J’en suis même un jour venue à comparer mes capacités parentales avec 3 enfants avec des mères de famille très nombreuse. Le tout en oubliant ma propre réalité, mes propres valeurs, mes enfants uniques, les défis de mes enfants, mais aussi mes goûts et mes choix de vie. J’ai laissé, comme tellement de mères, cette noirceur envahir mes pensées. Ces comparaisons ici et là dérobaient de la joie de vivre et de la lumière dans mon coeur et dans mon âme. Bien que cela ne soit pas toujours facile, j’ai personnellement opté pour mettre fin à toutes ces comparaisons et de vivre pleinement ma vie, mes valeurs et mes choix, loin de ces émotions négatives.

À l’instant même où tu te compares avec une autre mère, sur par exemple sa force en organisation, une autre mère se compare avec toi pour une de tes forces. Nous sommes toutes différentes et nous avons tous nos propres forces et faiblesses. Les forces des autres ne sont pas meilleures que les nôtres, elles sont simplement différentes.

Comparer l’instruction en famille d’une famille avec celle d’une autre peut créer de la jalousie, de la peur de ne pas en faire assez ou assez bien et des doutes sur nos choix et valeurs. Dès qu’on se met à se comparer, nous nous sentons incompétents. Et si nos enfants ne faisaient pas assez d’activités parascolaires, pas assez d’apprentissages formels? Et si nos enfants éprouvaient des difficultés d’apprentissage, avaient besoin d’aide, manquaient parfois de motivation? Et si notre maison était différente de celle du voisin, nos enfants avaient des mauvaises journées et si nous étions parfois épuisés? Disons-nous le franchement, notre vie n’est pas identique à celle des autres et c’est parfait ainsi.

La comparaison est un mal qui nous détruit intérieurement et qui nous vole du temps précieux dans notre vie. Au lieu de nous comparer, nous devrions être fiers de nos choix, les accepter et les vivre pleinement. Tous les choix que nous faisons sont basés sur notre famille, pas celle des voisins, la NOTRE! Toutes les mères de ce monde font face à des échecs, questionnent leurs compétences parentales, qu’elles donnent une impression de perfection ou non. Cessons de vivre dans la comparaison et dans le mensonge, celui de ne pas être à la hauteur. Tenons-nous debout et disons-nous bien fort que nous sommes à la hauteur, que nous faisons notre possible et c’est tout ce qui compte.

 

Écoute-moi bien à l’instant…

Tu en fait assez,

Tu es une bonne mère,

Ton école-maison est parfaite pour ta famille.

 

Ne donne plus d’importance à ce qui se passe chez le voisin, ni à tous les mensonges des réseaux sociaux. Éloignes-toi d’eux! Concentres-toi seulement sur tes enfants et garde le focus sur les raisons qui t’ont poussé à scolariser tes enfants.

Soyez simplement heureux.

 

Une fleur ne pense pas à rivaliser avec la fleur à côté. Elle ne fait que fleurir

-Iris Murdoch

5 thoughts on “Arrêtez de comparer, choisissez le bonheur

  1. oh là là oui des fois je regarde les blogs des autres je regarde leur famille leurs activités les gamins comme ils sont habillés. et puis il y a nous alors tu peux y aller sur mon blog tu es tranquille il y a pas de filtre. D’ailleurs je crois qu’il n’y a pas de peigne et de brosse non plus parce que on est rarement coiffé. Les goûts vestimentaires sont approximatifs. d’ailleurs personne ne m’a jamais proposé un partenariat avec des fringues. Ça crie ça chante ça hurle c’est pas toujours bien nette 🤣. En tout cas il y a une chose sur laquelle on ne ment pas c’est sur le nombre de lectures qu’on peut faire. ce qui explique sans doute que le ménage n’est pas fait et que tu ne verras j’aimais de photos de ma maison rangée parce que de toute façon rangée elle ne l’est pas. bref c’est clair qu’il y a certains blocs qui m’ont tellement démoralisé ou pire certaines youtubeuse qui t’explique comment faire le ménage et avoir une maison rangée et qui te disent ah là là là c’est un petit peu le bazar parce qu’il y a un mouchoir qui traîne…. alors j’y vais de moins en moins je préfère regarder des blog de lecture ou avec des vrais gens qui ne sortent pas d’une autre planète.

    Liked by 1 person

    • Tellement bien dit!!!! C’est fou la quête de la perfection! C’est partout et ça draine sans bon sens. Et moi qui naivement croyait que ca ne serait pas le cas pour l’instruction en famille quand on a commencé il y a quelques années… pffff!!! c’est aussi pire dans ce domaine. Comme toi, mes enfants ne sont pas des cartes de mode ou des pub ambulantes, ils sont uniques, décoiffés, crient et vivent librement leur enfance. Sur mon blogue, je ne fais aucune mise en scène, tout est vrai. Ce n’est pas digne des photos ultra mises en scène de homeschooling avec des tables surchargées de façon artistique et élégante, mais moi au moins je sais que je suis vraie. Et ça…c’est essentiel pour moi. Être authentique! 🙂
      (Je viens d’ailleurs de mettre ton blogue dans les favoris sur mon ordinateur!)

      Like

  2. Je suis tellement en phase avec ton texte. Je suis justement à m’éloigner des réseaux sociaux pour cette raison en autre chose.

    Je passe une phase d’épuisement. Je me relève tranquillement. C’est facile de se perdre dans la surabondance de tout…

    Bonne soirée

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s