Trop.

Autrefois, l’enfance était synonyme de liberté.

Des pantalons aux genoux troués en été, des joues roses et des vêtements mouillés en hiver, d’incalculables parties de cache-cache, des rires, des jeux inventés de toutes pièces, de longues heures à la bibliothèque municipale, des confidences entre amies, des projets et des idées plein la tête, des collections de roches et de coquillages, des heures à être couchée dans l’herbe à regarder les nuages, des costumes afin d’entrer dans le merveilleux monde de l’imagination, des piles de feuilles transformées en dessins, des sourires, le parc jusqu’au coucher du soleil et surtout du temps, beaucoup de temps… Voilà mon enfance.

Enfant, j’ai eu la chance d’avoir le droit d’être un enfant. Je n’ai pas eu d’horaire surchargé, d’activités parascolaires sans fin, de service de garde, ni même de pression. Mon temps libre m’appartenait réellement et j’étais libre de l’occuper selon mes envies. Parfois, je ferme les yeux et mes précieux souvenirs d’enfance font sourire mon coeur.

En devenant une mère, il est venu tout naturellement de faire en sorte que mes enfants puissent vivre leur enfance en pleine liberté. Aujourd’hui, les trois, tous scolarisés en famille passent un nombre incalculables d’heures à être dans la nature, à découvrir le monde, à jouer librement dans leur monde imaginaire, à créer, à rire aux éclats… Ils sont libres de sortir en costume de chat, de danser sous la pluie, de se couvrir de peinture, de lire pendant des heures, ils sont libres d’êtres libres. Le bonheur à l’état pur, je le vois quand je les regarde.

Aujourd’hui, la société a détruit l’enfance.

Entre les deux parents qui travaillent beaucoup trop et qui consomment à l’excès, ce qui apporte à travailler encore plus, les longues heures dans les services de garde ou en compagnie de gardiennes et ce malgré les déjà longues heures passées à l’école pour certains, les activités parascolaires en tous genres qui remplissent les cases du calendrier en ne laissant place à rien d’autre, la pression de performance que ce soit à l’école ou dans du parascolaire, la pression du parraitre… Les parents se doivent de montrer une image de famille exemplaire pour plaire aux standards sociaux. L’enfant d’aujourd’hui se doit d’apprendre une 3e langue, de jouer au hockey, au soccer et faire de la natation, le tout au niveau compétitif les soirs de semaine, il se doit de prendre des cours de violon le weekend et de ski lors des vacances, le tout en prenant soin de ne pas oublier les devoirs à la maison. Un enfant occupé est devenu synonyme de succès non pas seulement pour l’enfant, mais pour le parent pour qui les réalisations de son enfant reflètent sa réussite en tant que parent. Les enfants d’aujourd’hui n’arrêtent jamais. Ce n’est pas étonnant de voir la hausse de l’épuisement et de l’anxiété chez les enfants.

Quand nous étions petits, nous nous amusions à nous déguiser en adultes… aujourd’hui les enfants deviennent des adultes miniatures, non pas pour jouer, mais par obligation.

Les enfants ont besoin de temps, beaucoup plus de temps…

Du temps pour le jeu libre, le vrai jeu, celui sans contrainte,

Du temps pour imaginer des mondes fantastiques,

Du temps pour explorer, pour observer, pour s’émerveiller,

Du temps pour se salir, avoir les genoux éraflés, les cheveux en bataille,

Du temps pour créer, pour inventer, pour comprendre,

Du temps pour être téméraire, pour essayer, pour échouer,

Du temps pour s’ennuyer, pour ne rien faire du tout,

Du temps pour être heureux, pour rire,

Mais surtout…

Du temps pour être un enfant.

Redonnons aux enfants le droit à une vie simple, une enfance innocente et heureuse. Ces années passent si vite. Ne les laissez pas devenir comme les adultes d’aujourd’hui…des êtres froids, pressés, en quête d’un bonheur artificiel. Permettez-leur d’être réellement heureux, leur équilibre physique et psychologique est en jeu. Ouvrez la porte à cette magie colorée qui s’est perdue depuis de longues années et laissez-là entrer dans votre vie et dans la leur.

Brisez les standards d’aujourd’hui et nagez à contre-courant (même si cela implique trop souvent de nager seul). Un jour… un jour l’enfance pourra briller à nouveau. D’ici ce jour, faites jaillir ce vrai bonheur du coeur de vos enfants.

 

Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent.

-Le Petit Prince-

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s